A La Une » Faits Divers » Meurtre » Cadavre calciné à Saint-Hippolyte : deux suspects mis en examen

Meurtre



Cadavre calciné à Saint-Hippolyte : deux suspects mis en examen

mercredi 17 octobre 2012 à 10 h 53 min | Aucune réaction

Quatre nouvelles interpellations ont eu lieu dans le cadre du meurtre de Fathi Torche, l’homme retrouvé calciné en juin dernier dans le coffre de sa voiture, à Saint-Hippolyte-de-Caton, dans le Gard.

Le corps carbonisé de Fathi Torche avait été retrouvé le 27 juin 2012 dans le coffre d’une Audi A3 stationnée au beau milieu d’un chemin de vignes, à environ 500 m du petit village de Saint-Hippolyte-de-Caton.

Ce sont des agents municipaux qui avaient donné l’alerte après avoir fait la macabre découverte. La victime avait été abattue de trois balles avant que le véhicule ne soit incendié vers une heure du matin.

Les gendarmes de la Section de recherches de Nîmes avaient interpellé début août deux personnes dans le cadre de cette enquête. A l’issue de leur garde à vue, une seule d’entre elles avait été mise en examen. Mais suite au nouveau coup de filet effectué la semaine dernière dans la région de Marseille, deux individus, sur les quatre interpellés, ont été mises en examen pour assassinat et écrouées.

Depuis le début des investigations, les enquêteurs avaient privilégié la piste d’un règlement de comptes entre voyous issus du milieu du grand banditisme gardois. Mais finalement, l’enquête s’était orientée vers un contentieux entre un vendeur non déclaré de voitures et un repris de justice sorti récemment de prison. Ce dernier n’aurait pas payé le véhicule acheté à la victime. Fathi Torche, originaire d’Uzès, aurait donc été abattu pour un simple différend de vente de voiture.

Ce que nient formellement les prévenus mis en examen. Pour le moment, l’enquête se poursuit…







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


trois + = quatre









Connexion