A La Une » Justice » Mort du petit Younes : le père condamné à 9 ans

Justice



Mort du petit Younes : le père condamné à 9 ans

dimanche 17 juin 2012 à 10 h 56 min | Aucune réaction

La cours d’assises de Mons a condamné vendredi Mohamed Jratlou à neuf ans de prison ferme pour avoir tué involontairement Younes, son petit garçon de 4 ans retrouvé mort en novembre 2009 dans une rivière de Comines, en Belgique.

Lors des réquisitions, l’avocat général avait réclamé une peine de 12 ans. Les jurés ont écarté la thèse de l’homicide volontaire défendue par le parquet.

Après une journée de délibération à huis clos, le jury populaire a reconnu ce marocain de 71 ans coupable de coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner. A l’énoncé du verdict, son épouse Naïma, 45 ans, s’est effondrée en larme. Durant les huit jours de procès, Mohamed Jratlou n’a cessé de clamer son innocence. Les avocats du prévenu, qui avaient plaidé l’acquittement, ont annoncé qu’ils allaient se pourvoir en cassation « par principe ».

Dans la nuit du 25 au 26 octobre 2009, une violente dispute avait opposé Mohamed et son épouse. Naïma Jratlou avait réussi à se dégager des coups violents de son mari pour fuir leur petite maison du Bizet belge, située près d’Armentières. Cette nuit-là, le petit Younes disparaissait avant d’être retrouvé mort quinze jours plus tard dans la Lys à Comines. L’accusé a expliqué être parti à la recherche de son épouse et que Younes en avait profité pour quitter lui aussi la maison.

Le jury populaire, qui ne croit pas à cette version des faits, a finalement conclu que Mohamed Jratlou, qui se trouvait seul avec ses deux enfants, avait frappé son fils avant de l’étouffer pour l’empêcher de crier. Il avait ensuite immergé son corps dans la Lys, à une douzaine de kilomètres de son domicile. Le corps du petit Younes avait été retrouvé dans la rivière le 10 novembre 2009. L’autopsie avait révélée d’importantes lésions traumatiques et des marques de préhension au niveau du visage et de la cage thoracique.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)

Pour commenter cet article, vous devez être connecté à votre compte LibertaLand Infos.









Connexion