A La Une » Faits Divers » Meurtre » Homicide à Noisy-le-Sec : un policier mis en examen

Meurtre



Homicide à Noisy-le-Sec : un policier mis en examen

jeudi 26 avril 2012 à 11 h 19 min | Aucune réaction

Un policier de 33 ans, qui a mortellement blessé un homme armé samedi soir à Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, a été mis en examen hier pour homicide volontaire.

Le fonctionnaire assure qu’il était en situation de légitime défense, ce que contredisent l’autopsie et un témoignage. Il a été remis en liberté sous contrôle judiciaire avec interdiction d’exercer son activité professionnelle.

Ce samedi vers 20h30, le commissariat de Noisy-le-Sec a reçu un appel anonyme indiquant qu’un homme recherché pour vol à main armée se trouvait près d’un bar du centre-ville. A l’arrivée des policiers, le suspect a pris la fuite. Trois policiers, qui le poursuivaient à pieds, l’ont vu se débarrasser d’un objet qu’ils ont pris pour une grenade. Pendant ce temps, un quatrième policier a contourné les lieux avec son véhicule pour le prendre à revers. Selon ses déclarations, le fuyard « l’aurait alors visé en tendant son bras armé vers lui ». Le gardien de la paix a alors tiré à quatre reprises sur l’homme âgé de 28 ans. Mortellement blessé, l’homme est décédé sur place.

Les conclusions de l’autopsie établissent que la victime a succombé à « un projectile tiré dans la région dorsolombaire, ce qui a provoqué une hémorragie interne abdominale consécutive à la section de l’artère rénale droite et à une plaie transfixiante du lobe droit du foie ». En clair, il a reçu une balle dans le dos. De plus, un automobiliste témoin de la course-poursuite affirme avoir assisté à une scène au cours de laquelle un homme faisait feu en direction d’un fuyard. Selon le ministère public, l’homme en fuite était armé d’un revolver approvisionné mais n’en a pas fait usage. Il aurait en revanche lancé une grenade, qui s’est « révélée a posteriori inoffensive ».

Les contradictions entre les déclarations du fonctionnaire de police et les résultats de l’autopsie ont conduit le procureur de la république a placé le policier en garde à vue ce lundi matin. Dans un premier temps, le parquet a ouvert une information judiciaire pour violences volontaires avec arme par une personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Une qualification qui va donc être aggravée, puisque le juge d’instruction va retenir l’homicide volontaire.

Hier soir, plusieurs centaines de policiers se sont réunis devant la Direction territoriale de la sécurité à Bobigny pour exprimer leur colère.


Termes relatifs à cette page: , , ,





Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)

Pour commenter cet article, vous devez être connecté à votre compte LibertaLand Infos.









Connexion