A La Une » Faits Divers » Brest : un retraité accusé de pédophilie meurt lors de son interpellation

Faits Divers



Brest : un retraité accusé de pédophilie meurt lors de son interpellation

mercredi 30 novembre 2011 à 9 h 55 min | Aucune réaction

Un homme de 65 ans, considéré à tort comme étant un pervers sexuel, est mort d’une crise cardiaque lundi soir à Brest.

Depuis une quinzaine de jour, ce célibataire placé sous curatelle, assistait à la sortie des classes de la maternelle Auguste-Dupouy, dans le quartier Bellevue. Les parents avaient signalé ce comportement suspect à la police. Mais lundi, plusieurs d’entre eux ont pris à partie le retraité devant son immeuble.

A l’arrivée des forces de l’ordre, il a été menotté et placé à l’arrière d’un véhicule de police. C’est à ce moment que l’homme a fait un malaise cardiaque. Malgré l’intervention rapide du Samu, il n’a pu être réanimé. L’homme, sans antécédent judiciaire, avait semble-t-il quelques soucis de santé.

Installé dans ce quartier tranquille depuis cet été, l’homme, à l’allure un peu négligée, était pourtant très discret. Mais le 18 novembre dernier, il vient en aide à une fillette égarée et la ramène à l’école en la tenant par la main. Dès cet instant, toutes les rumeurs vont bon train. Les parents d’élèves sont persuadés d’avoir affaire à un délinquant sexuel. Certains diront qu’ il avait une « attitude suspecte » et qu’il n’était pas net. « Avec ses claquettes aux pieds et sa dégaine, il me faisait peur » raconte une mère. Une main courante à même été déposée.

D’après les conclusions de l’autopsie, le pauvre homme est mort d’une crise cardiaque et selon les enquêteurs de la sûreté urbaine de Brest, rien n’indique que l’homme ait pu avoir des intentions malveillantes envers des enfants. De fausses rumeurs qui lui auront coûté la vie.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


six + = quatorze









Connexion