A La Une » Faits Divers » Viol » Viol et meurtre d’Angélique : un suspect identifié quinze ans après

Viol



Viol et meurtre d’Angélique : un suspect identifié quinze ans après

jeudi 19 mai 2011 à 16 h 40 min | Aucune réaction

L’agresseur présumé d’Angélique Dumetz, la jeune fille  violée et assassinée en décembre 1996 à Compiègne, dans l’Oise, a été formellement identifié.

Les enquêteurs et la famille attendaient ce moment depuis près de quinze ans. Il s’agit de José Mendes Furtado, un père de famille de 51 ans, qui s’est donné la mort le 8 mars dernier dans l’Oise après avoir tué sa femme de plusieurs coups de couteau.

C’est une incroyable découverte qu’ont faite les enquêteurs. Grâce à des prélèvements ADN effectués sur la victime en 1996, ils ont pu aujourd’hui identifier avec certitude le violeur d’Angélique, la jeune femme de 19 ans tuée il y a quinze ans. C’est également un énorme soulagement pour la famille qui attendait ce moment avec impatience. Cependant, même si les analyses prouvent qu’il est le violeur, rien ne permets de dire qu’il soit aussi le tueur. C’est pourquoi les investigations se poursuivent. Il n’est pas exclu également que José Mendes ait pu avoir des complices lors de l’enlèvement de la jeune fille.

Le 13 décembre 1996, la jeune étudiante avait été enlevée à la sortie d’une discothèque près de l’hôtel de ville. Elle avait ensuite été violée puis tuée de plusieurs coups de couteau. c’est un promeneur qui avait découvert le corps le lendemain près de la clairière de l’Armistice, en forêt de Compiègne. D’importantes investigations avaient été menées. Mais l’enquête piétine…

Le 8 mars 2011, un maçon de 52 ans, originaire du Cap-Vert, se suicide en se jetant dans un étang entre Chevrières et Longueil-Sainte-Marie. Auparavant, celui-ci avait emmené sa femme dans un sentier de Chevrières, où il l’a frappée de plusieurs coups de couteau avant d’avoir incendié son corps. Alice, son épouse, était âgée de 49 ans. Quelques jours plus tôt, il avait été soumis à un prélèvement ADN suite à une plainte pour violences déposée par son ex-femme. C’est ce qui a permis d’avoir son empreinte génétique dans la base de données des enquêteurs.


Termes relatifs à cette page: , , , , , ,





Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


neuf + = quinze









Connexion