A La Une » Justice » Meurtre de Madeleine Alleyrat : 15 et 20 ans de réclusion pour les bourreaux

Justice



Meurtre de Madeleine Alleyrat : 15 et 20 ans de réclusion pour les bourreaux

vendredi 15 avril 2011 à 8 h 04 min | Aucune réaction

La cour d’assises de la Creuse a condamné hier soir Pascal Formont et Séverine Lafont à vingt et quinze ans de réclusion criminelle pour le meurtre de Madeleine Alleyrat.

Les deux ex-concubins avaient frappé à mort la mère de la jeune femme, handicapée physique à 80%, puis escroqué la CAF afin de percevoir sa pension d’invalidité. La cour les a  reconnus coupables de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Ils ont également été reconnus coupables d’escroquerie envers la CAF. Lors de leur interpellation en novembre 2007, Séverine, 30 ans, et son ex-compagnon Pascal, 51 ans, avaient reconnu les faits avant de se rétracter au cours du procès et de s’accuser mutuellement.

L’histoire remonte à 2004. Madeleine Alleyrat, une handicapée de 56 ans, vivait avec sa fille et son compagnon depuis presque un an à Arrènes, dans la Creuse. Frappée régulièrement par ces derniers, elle succombe à un déchaînement de violence dans la nuit du 7 au 8 mars.

Pour ne laisser aucune trace du meurtre, les amants diaboliques ont tout tenté pour faire disparaître le cadavre. Ils l’ont d’abord congelé, puis l’ont enterré dans la cave avant de le recouvrir de chaux. N’étant pas certains du résultat, ils décident de dissoudre certaines parties du corps dans de l’acide et de les placer au grenier dans une lessiveuse coulée dans du ciment. Enfin, ils ont dissimulé les restes du corps dans deux gros pots de peintures qu’ils ont recouvert de goudron.

Ils les ont déposés  dans un garage loué dans l’Allier, mais pris de doutes, ils ont finalement ramené les pots à leur nouveau domicile de Saint-Hilaire, dans la Creuse. C’est là même que les gendarmes ont fini par les découvrir le 29 novembre 2007.

L’avocat de la partie civile a rappelé que « la victime ne pesait plus que 38 kg à sa mort, et que son corps a été tellement réduit en bouillie par les traitements successifs qui lui ont été infligés qu’elle a été inhumée dans un cercueil de bébé ». Pourtant, les différents procédés utilisés pour faire disparaître le corps n’ont pas été retenus par les jurés. Le couple, parents de trois enfants âgés de 5 à 11 ans, a en revanche été reconnu coupable de violences volontaires sur personne vulnérable ayant entraîné la mort et d’escroquerie envers la Caisse d’allocations familiales.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


neuf + = dix









Connexion