A La Une » Faits Divers » Meurtre » Disparition de Raymond Amador : quatre frères soupçonnés de vengeance

Meurtre



Disparition de Raymond Amador : quatre frères soupçonnés de vengeance

mardi 15 février 2011 à 11 h 57 min | Aucune réaction

Raymond Amador, 60 ans, a été enlevé le 11 février dernier sur le parking du centre commercial de La Valentine, à Marseille, où il travaillait comme technicien de surface.

Quatre frères, dont les parents avaient été tués en 1985 par cet homme, ont été interpellés et placés en garde à vue après la disparition de celui-ci. D’après les premiers éléments de l’enquête, il pourrait s’agir d’une vengeance au sein d’une communauté des gens du voyage.

Le 19 juillet 1985, Joseph et Joséphine Gomez sont assassinés à Montpellier pour des suspicions d’adultère. Trois ans plus tard, Raymond Amador est condamné à quinze ans de réclusion criminelle pour ce double meurtre tandis que son frère Amédée, soupçonné de l’avoir aidé, court toujours. Sorti de prison en 1996, il semblait mener depuis une vie bien rangée. Jusqu’à ce vendredi 11 février où il disparait. Les enquêteurs ont retrouvé dans sa voiture des traces de sang ainsi que des douilles.

En janvier, l’un des frères interpellés a enlevé et séquestré un cousin de Raymond pour savoir où il habitait. La thèse d’un règlement de comptes tardif ne fait désormais aucun doute. D’autant plus que début février, les quatre suspects ont été contrôlés alors qu’ils transportaient de l’acide et de la chaux, produits notamment utilisé pour faire disparaître un corps. Le parquet de Marseille a confié l’enquête à la brigade criminelle.

Amédée Amador, le frère et complice de Raymond, qui avait été condamné par contumace à la perpétuité, a lui été interpellé le 1er février à Lyon suite à un banal contrôle routier. Agé aujourd’hui de 65 ans, il devrait prochainement être jugé.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


un + = trois









Connexion