A La Une » Faits Divers » Suicide » Bergerac : un violeur récidiviste se suicide devant les gendarmes

Suicide



Bergerac : un violeur récidiviste se suicide devant les gendarmes

mercredi 16 février 2011 à 9 h 50 min | Aucune réaction

Un homme de 61 ans s’est suicidé avec son fusil devant les gendarmes dimanche à Bergerac après avoir tenté de violer une vieille dame dans le Gers.

Déjà condamné pour des faits d’agressions sexuelles et de viols, Marc Besset avait effectué 21 ans de détention. Mis en examen en janvier pour une quatrième affaire de viol, il était placé sous contrôle judiciaire, lorsque dimanche, il a tenté une nouvelle fois d’abusé d’une retraitée.

Le sexagénaire était activement recherché par les gendarmes de la région depuis quelques jours. Dimanche, alors qu’il se trouvait à Fleurance, dans le Gers, il a tenté d’abuser sexuellement une dame de 68 ans qui lui avait gentiment ouvert sa porte. Face aux cris de la victime, l’individu a pris la fuite. Repéré en milieu de matinée à l’entrée de Bergerac, en Dordogne, il force le barrage des gendarmes. Après avoir perdu le contrôle de son véhicule, il est sorti avec un fusil et s’est tiré une cartouche de chevrotines dans la poitrine. Il aurait déclaré ne pas vouloir retourner en prison.

Le 10 janvier, il avait été placé en garde à vue par les gendarmes d’Angoulême et mis en examen pour un autre viol commis mi-décembre. Malgré les réquisitions du parquet, le juge des libertés et de la détention l’avait laissé libre sous contrôle judiciaire. Mais le 26 janvier, la cour d’appel de Bordeaux avait ordonné son placement en détention provisoire et il était depuis activement recherché.


Termes relatifs à cette page: , , , , ,





Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ trois = quatre









Connexion