A La Une » Justice » Meurtre de Cyril en Zambie : un séjour mal encadré

Justice



Meurtre de Cyril en Zambie : un séjour mal encadré

samedi 25 septembre 2010 à 19 h 39 min | Aucune réaction

Le procès des tortionnaires du jeune Cyril, qui avait trouvé la mort en Zambie en 2003, s’est poursuivi ce vendredi avec l’audition des témoins. C’est le manque d’encadrement professionnel du groupe de jeunes qui a été mis en avant.

Le directeur d’un centre éducatif fermé a ainsi précisé que chaque adolescent placé devait être suivi par au moins un éducateur, voire plus. Ce qui n’était pas le cas lors du séjour pour adolescents en difficulté organisé par l’association Vagabondage.

Frédéric Aupérin, un diplômé de culturisme âgé de 47 ans, encadrait en compagnie de son épouse le groupe de neuf jeunes de 14 à 16 ans dont Cyril Driancourt, l’adolescent décédé des suites d’une crise d’épilepsie après une série de mauvais traitements.

Robert Antraygue, 68 ans, le directeur salarié de l’association parisienne Vagabondage poursuivi pour homicide involontaire, a reconnu depuis le début du procès certaines négligences dans la gestion du séjour en Zambie et la prise en charge de Cyril. Ce dessinateur industriel retraité, marié et sans enfant, avait monté cette association avec des proches en 1986. L’activité de « stage de rupture » avait débutée sur le bateau Maria-Gilberte avant de s’étendre sur le domaine de Saint-Félix près de Carcassonne.

Mené par Aupérin, le premier camp itinérant Transafrica pour recevoir des jeunes à problème, avait vu le jour en 1998. Quelques incidents montrant la brutalité d’Aupérin avait eut lieu au cours du deuxième camp en 1999-2000 mais sans que Robert Antraygues n’intervienne, selon ses déclarations.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)

Pour commenter cet article, vous devez être connecté à votre compte LibertaLand Infos.









Connexion