A La Une » Faits Divers » Disparition » Disparition de Typhaine : la mère avoue que l’enfant est morte

Disparition



Disparition de Typhaine : la mère avoue que l’enfant est morte

mardi 1 décembre 2009 à 18 h 29 min | Aucune réaction

Le couple, qui avait toujours défendu le scénario d’un enlèvement par un inconnu le 18 juin dans les rues de Maubeuge, est passé aux aveux : Typhaine est morte.

Mardi matin, les policiers recherchaient activement le corps de la petite fille, disparue mystérieusement en juin dernier. L’avocat de la mère évoque l’hypothèse d’un accident que sa cliente aurait peut-être maquillé pour ne pas perdre la garde de ses deux autres enfants.

Placée en garde à vue lundi pour la seconde fois,  Anne-Sophie Faucheur, 23 ans, a fini par avouer la mort de sa fille. Son compagnon, Nicolas Willot, 24 ans, a été lui aussi placé en garde à vue au cours de la nuit. En fin de matinée, les enquêteurs n’avaient toujours pas retrouvé le corps de la fillette, recherché dans la zone frontalière, du côté belge.

Selon une première version de la mère, Typhaine, cinq ans, aurait subitement disparu dans l’après-midi du 18 juin alors qu’elle l’accompagnait dans le centre de Maubeuge.

Mais un élément a intrigué les enquêteurs : le samedi 13 juin, soit cinq jours avant l’alerte de la disparition, Anne-Sophie et Nicolas Willot fêtaient le baptême d’Apolline, leur troisième fille, avec des membres de leur famille. Mais aucun n’avait aperçu Typhaine.

Quelques jours après sa disparition, la mère avait organisé une conférence de presse avec son concubin à Aulnoye-Aymeries. Anne-Sophie Faucheur devrait être déférée dans l’après-midi au parquet de Valenciennes.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


un + = neuf









Connexion